Cartographie de l’islamo-gauchisme en France

Lorsque l’extrême-gauche française accompagne l’extrême-droite musulmane

Cette cartographie de l’islamo-gauchisme en France (inspirée de la cartographie de « l’extrême-droite » qui discrimine malheureusement les musulmans) s’appuie sur nos travaux antérieurs consacrés à l’accointance entre la Gauche et l’islam.
Parmi tous les textes de ce site inscrits sous le mot-clef « Islamogauchisme », on lira notamment :

Cette cartographie n’est, en réalité, que de la représentation graphique d’informations disponibles sur internet, accessibles en quelques minutes, et qui regroupent tant les positions des intéressés que les collaborations régulières ou ponctuelles qui les relient entre eux.
Les critères retenus ressortent naturellement : ils s’agit de sélectionner les acteurs (individus et institutions) les plus populaires ou les plus influents ou les plus névralgiques et les liens de collaboration qu’ils tissent entre eux.

(Ciquer sur l’image pour agrandir — et clic droit de la souris pour enregistrer l’image.)

Cartographie de l’islamo-gauchisme en France (Version 1.1 — juin 2018)
Cartographie de l’islamo-gauchisme – version 1.1 – Printemps 2018 — Lorsque l’extrême-gauche française accompagne l’extrême-droite musulmane
Le phénomène islamo-gauchiste semble paradoxal : une grande partie de la gauche et de l’extrême-gauche soutiennent l’extrême-droite musulmane. C’est pourtant la convergence progressivement construite entre les héritiers désespérés des totalitarismes marxistes et la montée en puissance du totalitarisme islamique. Ils en reprennent les méthodes de propagande, les schémas victimaires, des idéologies complotistes, la certitude d’être dans le Sens de l’Histoire, la volonté d’instaurer le Bien sur Terre en luttant contre le Mal, par tous les moyens. Leur démarche, finalement, est fondamentalement religieuse : elle ne supporte pas l’épreuve des faits, l’exercice du libre examen, la rigueur de la discussion.
Sont rassemblés ici les points les plus saillants de cette nébuleuse, soit qu’ils aient pignon sur rue, soit qu’ils exercent une influence importante, soit qu’ils tissent des liens déterminants.
Les Complaisants Les Collaborateurs Les Dhimmis Les (re)convertis Les Frères présentables La droite traditionaliste, antisémite, négationniste
Pour eux l’extrême-droite musulmane n’est pas un vrai problème. C’est une affaire secondaire qui s’explique et s’excuse toujours par un « impérialisme » occidental, des conditions sociales, des discriminations, des différences culturelles. Ils brouillent les cartes et toute réflexion hérétique sur le sujet rend suspect de xénophobie nauséabonde. Pour eux, l’islam, l’islamisme et toutes leurs conséquences sont un levier pour rééduquer les populations occidentales, historiquement coupables, ontologiquement racistes et fondamentalement malfaisantes. Toute réticence place immédiatement dans le camp des « fachos ». A l’inverse, tout non-occidental est porteur de promesses d’un avenir meilleur et « islam » veut dire émancipation. Eux sont prêts à justifier tous les coups du totalitarisme musulman, y compris armés. Ils parlent, écrivent et vivent spontanément comme si les djihadistes avaient déjà gagnés et ne souhaitent que leur victoire pour être enfin promus. Ils désignent les cibles afin de se distinguer. Au fond leurs positions sont islamistes, mais ils les maquillent d’une mince couche de discours social afin de les rendre audibles par les gens normaux. Ils sont le noyau dur de l’inquisition musulmane en France et de sa politique néo-coloniale, poussant toujours plus loin les provocations en donnant le La à tous leurs suiveurs. Ce sont des islamistes qui se donnent l’air fréquentables, voire mainstream, pour infiltrer, paralyser puis retourner les institutions, la société civile, les mentalités. Ce sont eux qui font le lien avec les organisations d’extrême-droite musulmanes implantées sur le territoire et leurs ramifications internationales par l’intermédiaire des associations, des revues, des confréries, des mosquées… L’extrême-droite musulmane tisse des liens naturels et logiques avec les résidus de l’extrême-droite française. Mais la faiblesse de cette dernière, tant numérique qu’idéologique, les rend superficiels et occasionnels.

Les liens sont tellement nombreux et entrecroisés qu’ils n’ont pas pu être tous représentés. Nous joignons donc le « document de travail » brut afin de montrer l’étendue et la densité du réseau en question.

Document de travail brut

***

Cette cartographie devrait évoluer au fil du temps.
D’abord parce que ces « milieux » sont mouvants et ensuite parce que leur analyse rigoureuse exigerait des investigations plus poussées, qui pourraient être menées par la suite..

Nous ne présentons donc ici qu’une toute première mouture, lancée comme un premier essai, en espérant que des versions plus précises et plus complètes viendront rapidement la remplacer. Nous savons d’emblée qu’elle est insuffisante et imparfaite : des acteurs manquent, d’autres y sont superflus ou mal placés, des liens sont trop évidents ou au contraire exagérés et certaines attributions manquent ou sont lacunaires.

Toutes aide, critique, collaboration, indication, remarques ou conseil nous seraient précieux à condition qu’ils soient argumentés et documentés.

Nous écrire à : carto-islamo-gauchiste [arobase] riseup.net

 

via Cartographie de l’islamo-gauchisme en France (Version 1.1) – Lieux Communs

Laisser un commentaire