D’ici 2050 il y aura plus de plastique dans les mers que de poisson.

Quelque 270 000 tonnes de plastique flotteraient dans les océans de la planète, selon une nouvelle étude.   Photo : NOAA Pacific Islands Fisheries Science Center

L’ONU tire la sonnette d’alarme sur la pollution des océans en évoquant une « crise planétaire ». Le sujet est d’ailleurs au programme de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement, qui s’est ouvert lundi à Nairobi, au Kenya.

Radio-Canada avec BBC et Agence France-Presse

« Nous ruinons l’écosystème de l’océan », a affirmé Lisa Emelia Svensson, coordonnatrice de la division des écosystèmes marins et côtiers aux Nations unies.

Pas moins de 8,8 millions de tonnes de plastique sont jetées dans les mers chaque année, selon le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Une étude américaine n’est pas plus rassurante : plus de 9,1 milliards de tonnes de plastique ont jusqu’ici été produites dans le monde, la plupart finissant dans les sites d’enfouissement sanitaire ou dans l’océan.

Un sac en plastique met des centaines d’années à se décomposer, tandis que les plastiques plus durs peuvent prendre des millénaires.

L’heure est grave, selon le chef de l’agence de l’ONU pour l’environnement (PNUE), Erik Solheim. Il faut une action urgente pour que les océans ne se transforment pas en « soupe de plastique ».

D’ici 2050 il y aura plus de plastique dans les mers que de poisson.

Erik Solheim, chef de l’agence de l’ONU pour l’environnement

Sur le terrain comme à Watamu dans l’est du Kenya, les habitants font ce qu’ils peuvent. Mohamed Iddi, un pêcheur de 42 ans, dit qu’il ramasse chaque jour sur la plage de deux à trois gros sacs poubelle remplis de plastiques.

« Certains sont amenés par la mer, d’autres par les gens venus pique-niquer sur la plage, dit-il. Parfois j’en trouve dans l’estomac des poissons. »

Les déchets viennent de la côte tanzanienne, mais aussi de Madagascar, des Comores, de la Thaïlande, de l’Indonésie et même du Japon.

Il y a de mystérieux anneaux en plastique blanc plus léger que l’on soupçonne provenir de pots de yogourt. Il vient s’ajouter aux sacs d’engrais en plastique tissés ainsi que des pailles en plastique et bien plus.

Les efforts des habitants de ces villages côtiers ne suffisent pas. Des millions de fragments de plastiques, trop petits pour être ramassés, sont mélangés aux algues séchées.

 

via La pollution de l’océan par les plastiques, une crise planétaire, dit l’ONU | ICI.Radio-Canada.ca

Laisser un commentaire