Dr Pasquale Mario Bacco au Parlement italien : les patients ne sont pas morts du virus

Le malade n’est pas mort du virus, mais des traitements. Le Dr Pasquale Mario Bacco explique au Parlement italien comment les personnes âgées atteintes du COVID-19 sont mortes à cause des traitements et non à cause d’un virus.

Nous les avons totalement privés des médicaments qui permettent de guérir en phase précoce de la maladie tels que l’héparine, les anti-inflammatoires et l’hydroxychloroquine, qui a été diabolisée par une revue médicale autrefois prestigieuse, mais qui ne l’est plus : le Lancet. Nous avons fait tout le contraire de ce qu’il fallait faire.

Nous les avons ventilés en pression positive. Je ne sais pas si vous savez et comprenez exactement ce qu’est la ventilation en pression positive.

Nous leur avons « brûlé » les poumons, parce que l’oxygène que nous introduisions dans leur appareil respiratoire, on n’aurait pas dû l’utiliser en raison des thromboses pulmonaires dont ils souffraient. C’était de l’oxygène à l’état pur. Nous leur avons « fusillé » les poumons.

Nous avons tué des patients, et dans toute cette histoire, les médecins, aussi mes collègues, nous nous sommes transformés en instrument de mort.

Si vous aviez pu voir les images d’autopsies, le pire film d’horreur pour enfants ne serait rien en comparaison. Nous avons condamné les malades. Nous ne l’oublions pas. Parce que nous ne devons pas l’oublier.

Source : FranceSoir

Laisser un commentaire